As-tu vraiment réussi ta vie ? Voici comment le savoir

Qu'est-ce qui te rend vraiment heureux ?

Quand tu as un moment de libre, qu'est-ce que tu aimes le plus faire ?

Pour certains, c'est s'acheter des trucs, ou impressionner les autres.

Mais ils sont largement minoritaires, et il y a de grandes chances, statistiquement, que tu ne sois pas comme eux.

Pourtant, leur définition du succès est devenue celle que tout le monde a repris. C'est devenu la définition par défaut.

Et c'est bien dommage, parce qu'en vérité, il y a autant de définitions du succès qu'il y a d'humains.

Si c'est la nature qui te rend heureux, et que tu t'es construit une vie dans laquelle tu peux enfin être à son contact toute la journée, alors tu es quelqu'un qui a réussi.

Si c'est la vie de famille qui te rend heureux, et que tu t'es construit une vie qui te permet d'y allouer la plupart de ton temps, alors tu es quelqu'un qui a réussi.

Si c'est la musique qui te rend heureux, et que tu t'es construit une vie qui te permet de t'y consacrer pleinement, alors tu es quelqu'un qui a réussi.

La définition du succès de quelques personnes minoritaires, qui ne s'épanouissent qu'en se sentant puissantes, ne devrait pas faire oublier que pour la plupart des gens, le succès n'est pas ça.

Pour les uns, c'est d'avoir enfin trouvé l'équilibre. Et d'avoir finalement réussi à être heureux, tout simplement.

Pour les autres, c'est de pouvoir consacrer leur vie au travail du bois, à la peinture sur soie, ou à l'élevage d'escargots.

On peut être riche et célèbre, mais ne pas avoir réussi sa vie : les exemples abondent.

On peut aussi réussir sa vie en étant riche ou célèbre, tout en considérant que son vrai succès, c'est d'avoir aussi réussi quelque chose de complètement différent de ça.

->  J'offre une formation complète sur le business en ligne chaque mois.

Et tu peux poser tes questions sur la formation, et échanger avec les autres élèves.

Tu accèdes aussi à toutes les formations qui ont déjà été offertes aux membres : tout est sur Webmarketing Junkie.

Jean Rivière.