L'enfer du perfectionnisme (et comment en sortir)

"Il n'y a rien de plus rare ni de plus beau qu'une femme qui est elle-même et qui l'assume totalement ; à l'aise dans sa parfaite imperfection.

Pour moi, c'est la véritable essence de la beauté."

-Steve Maraboli

Et si on s'était complètement plantés en cherchant la perfection à tout prix, jusqu'à ça que ça devienne une obsession maladive ?

Les créateurs qui sont enfermés dans la prison du perfectionnisme devraient lire quelques livres sur le Wabi-Sabi :

C'est une philosophie esthétique japonaise qui célèbre justement l'imperfection. Par exemple, en mettant en valeur les fissures d'un vase ou d'un bol, au lieu d'essayer de les masquer.

L'imperfection n'y est pas vue comme un défaut, au contraire : elle est une caractéristique désirable.

Ça peut sembler étrange à certains, et pourtant, on accorde souvent plus de valeur aux produits artisanaux qu'à ceux qui sortent d'une usine et qui se ressemblent tous.

Or, les produits artisanaux sont par nature imparfaits. C'est même ça qui les rend désirables, et qui les distingue de leurs équivalents industriels uniformes et formatés, sans âme, sans histoire à raconter, sans vie.

Un vase façonné à la main par un potier, un fromage fait maison par un fermier, une table en bois fabriquée par un menuisier, ce sont des produits uniques, qui racontent chacun leur propre histoire.

Et ce qui les rend uniques, ce qui leur donne une âme, ce sont précisément leurs imperfections.

Les créateurs qui sont enfermés dans la prison du perfectionnisme ont pourtant PEUR qu'on puisse déceler la moindre trace d'imperfection dans leur travail.

Alors que l'imperfection, c'est précisément ce qui distingue un contenu humain, qui peut toucher les gens au coeur, d'un contenu aseptisé et formaté, remplaçable, et sans âme.

Peu de choses sont plus frustrantes que le perfectionnisme : comme la perfection n'existe pas, même pas dans la nature, alors on ne sera jamais satisfait en la cherchant, quoi qu'on fasse.

Une autre approche consiste à l'accepter comme un fait, à l'assumer totalement, et même, peut être, à la mettre en valeur comme les Japonais qui pratiquent les principes du Wabi-Sabi, ou comme le potier qui est fier de façonner des vases imparfaits, chacun uniques.

Accepter l'imperfection, c'est aussi un énorme apaisement :

Pour un perfectionniste du ménage, c'est parvenir enfin à apprécier son salon -et à s'y sentir en paix- même quand il n'est pas parfaitement rangé.

Pour une perfectionniste de la création web, c'est parvenir enfin à publier une vidéo en y laissant quelques "euuh" et une phrase qui aurait pu être mieux dite. C'est peut être aussi, en conséquence, reprendre goût à son travail.

Pour un perfectionniste du chiffre d'affaires, c'est réussir à vivre en paix avec les hauts et les bas du business : certains mois sont moins bons que d'autres, et c'est inévitable. C'est peut être, aussi, apprendre à dissocier enfin son humeur du jour de ses résultats de la veille.

Et s'autoriser enfin à devenir meilleur, parce que ce n'est qu'en acceptant l'imperfection qu'on est capable de progresser.

-> Toute la communauté t'attend sur WMJ !

Et il y a aussi un paquet de formations offertes et de leçons vidéo qui t'attendent aussi...

Rejoins-nous aujourd'hui sur Webmarketing Junkie !

Jean Rivière.