Ta carrière va t-elle survivre à YouTube ?

Myspace est tombé.

Vine est tombé.

La blogosphère est tombée.

Medium se dirige peu à peu vers la faillite, Facebook est déserté par les moins âgés, et on n'entend plus du tout parler de ClubHouse.

Sur les plateformes qui restent, les choses sont aussi en train de changer :

Instagram devient de plus en plus comme TikTok, et semble avoir abandonné son projet d'origine pour se tourner vers le champ d'à côté, où l'herbe lui semble plus verte.

YouTube aussi, d'ailleurs, avec son obsession subite pour les Shorts.

C'est un fait : les plateformes qu'on utilise au quotidien n'ont rien de permanent.

Certaines meurent et sont remplacées par d'autres. D'autres se transforment pour devenir quelque chose de de radicalement différent, en ne gardant que leur nom.

Bref, on ne peut pas bâtir une carrière stable, sur le long terme, en misant tout sur une seule plateforme.

Même les réseaux sociaux qui changent le moins font constamment évoluer leurs algorithmes, au point où les contenus qui marchaient il y a deux ans ne sont plus ceux qui sont mis en avant aujourd'hui.

En un mot : être dépendant d'un seul réseau social, ce n'est pas autre chose que de s'accrocher à un train qui déraille.

Quand on est créateur et qu'on propose du contenu de fond, quand on est expert ou formateur plutôt qu'influenceur, on a besoin de se créer une base stable, au delà des plateformes.

Beaucoup de créateurs le font en essayant par tous les moyens d'extrader leurs followers ou leurs abonnés vers leur mailing-list, vers leur canal Telegram ou vers leur podcast.

Pourquoi ?

Parce que ce sont des services sans algorithme : quand on y crée un contenu, tous les inscrits le reçoivent.

On a le contrôle dessus.

Et ça permet, entre autres, de parler de ses produits. Ou bien d'aborder des sujets de fond, qui ne sont pas compatibles avec les algos.

On peut aussi créer un système multi-plateformes, comme celui que je suis en train de déployer aujourd'hui.

Je publie exactement le même contenu tous les jours sur : YouTube, mon podcast, Facebook, Telegram, Instagram, Twitter, Linkedin, et sur mon blog.

En le mettant juste au format pour chaque service. Et en utilisant beaucoup d'automatismes...

Le projet en est encore à la phase expérimentale : l'objectif à terme est de bâtir un système de publication qui permette de ne plus jamais se poser de questions :

Telle plateforme meurt ? Tant pis pour elle, ça ne m'impacte pas.

Telle plateforme vient de sortir ? Alors je vais voir comment y adapter mon contenu, mais sans aller y chercher une opportunité éphémère qui impliquerait de modifier ma façon de créer.

Bref, je fais de la diversification, comme on en fait en finance.

Je me suis d'ailleurs inspiré des principes qui sont derrière les stratégies de placement passives, en cherchant la stabilité, en refusant la course aux opportunités passagères, et en limitant la prise de décision.

C'est encore en phase de test : plus de détails à venir !

-> Si tu n'as pas envie de suivre des formations chères interminables sur le business en ligne...

Alors regarde ce que je propose aux membres de ma communauté !

Chaque jour, je publie une leçon vidéo pour dévoiler une stratégie concrète (les leçons quotidiennes durent la plupart du temps entre 6 et 14 minutes)

Il commence à y en avoir un paquet : en nous rejoignant, tu accèdes aussi à toutes les leçons déjà publiées.

Toutes les infos sont sur Webmarketing Junkie !

Jean Rivière.